collaborative art

︎ Animacies



︎ [English below]


Art/Research platform : prison and archaeology_with with the Section of Detained Students : Ben, Youssef Rhnima, JMC, Sparafucile, Philippe Tetard, Claude, Tayeb Bezzazi, S.A., and with Olivier Royer-Perez and Christophe Ramage  

   Dans Theatre and Archeology, Mike Pearson et Michael Shanks assimilent les procédures de conservation archéologiques à des gestes de soin, renvoyant directement à la question de la dégradation et de la préservation du corps. Après lecture de ce texte, la Section des Etudiants Empêchés décide, en 2017, d’emprunter aux codes de la discipline archéologique pour explorer ses propres conditions de détention.

    En collaboration avec l’archéologue Olivier Royer-Perez, le groupe explore les techniques et artefacts utilisés au quotidien en prison. Les moulages réalisés au sein de la maison centrale questionnent l’impact physiologique de la détention. Y répondent les stratégies de survie développées par tous au quotidien : les « couteaux de détention », intégrés au trousseau remis à la personne détenue à son arrivée en prison, sont conçus pour éviter tout usage dangereux, mais sont transformés au fil des années, adaptés à leur usage (épluchage des légumes, tournevis...). Parallèlement, certains développent des pratiques thérapeutiques, des gestes de soin intimistes tels que la construction d’artefacts métaphoriques constitués de tissu, de fils de fer et de corde, qui évoluent chaque jour.

    Le projet prend diverses formes : lauréat du dispositif FORTE porté par la Région Ile-de-France, il est présenté en 2018 à Bétonsalon - centre d’art et de recherche sous la forme d’une installation, et aux Beaux-Arts de Paris en 2019, sous la forme d’un film installé. En 2020-2021, les rushes du projet sont entièrement re-montés pour la production d’un court-métrage.






︎ [English version] ︎

    In Theatre and Archaeology, Mike Pearson and Michael Shanks equate archaeological processes with gestures of care, referring directly to human body deterioration and preservation. After reading this text in 2017, the Section of Detained Students decided to borrow from the conventions of archaeology to explore their own conditions of detention.

    In collaboration with archaeologist Olivier Royer-Perez, the group explored the techniques and artifacts used daily in prison. The casts made in prison question the physiological impact of detention. “Detention knives,” which are part of the items given to detainees on their arrival in prison, are designed to avoid any dangerous use, but they have been transformed over the years and used for other things (peeling vegetables, screwdriving work, and so on). At the same time, some inmates developed therapeutic practices and intimate care gestures such as the construction of metaphorical artifacts made of fabric, wire, and rope in constant evolution.

    The project took various forms. After winning a FoRTE grant supported by the Île-de-France Region, it was presented in 2018 at Bétonsalon-Art and Research Center as an installation, and at the Beaux-Arts de Paris in 2019 as an “installed film.” In 2020–2021, the raw footage was entirely re-edited into a short film.



Mark