collaborative art

︎ Animacies_001



︎ [English below]

Video installation (HD, color, sound, 16’36), plaster castings, detention knives, variable dimensions : collaborative work created with the Section des Etudiants Empêchés of Poissy prison, Olivier Royer-Perez and Christophe Ramage

   
     DansTheatre and Archeology, Mike Pearson et Michael Shanks interrogent la nécessité de réparer les vestiges et avancent l’hypothèse d’une peur de la finitude du corps à laquelle seraient confrontés les archéologues face à de tels objets. Héritée de la médecine, la technique du moulage permet de préserver un artefact sur le point de disparaître. Les procédures de conservation scientifiques seraient ainsi assimilables à des gestes de soin, renvoyant directement à la question de la dégradation et de la préservation du corps.

    Les moulages réalisés au sein de la maison centrale questionnent l’impact physiologique de la détention. Y répondent les stratégies de survie développées par tous au quotidien : les « couteaux de détention », intégrés au trousseau remis à la personne détenue à son arrivée en prison, sont conçus pour éviter tout usage dangereux, mais sont transformés au fil des années, adaptés à leur usage (épluchage des légumes, tournevis...). Parallèlement, certains participants développent des pratiques thérapeutiques, des gestes de soin intimistes tels que la construction d’artefacts métaphoriques constitués de tissu, de fils de fer et de corde, qui évoluent chaque jour.





︎ [English version] ︎

    InTheater and Archaelogy, Mike Pearson and Michael Shanks advocate the necessity of restoring artefacts and speak about a fear of death affecting archeologists in the face of decaying objects. Borrowed from the medical field, the casting technique allows archaeologists to preserve artefacts from deteriorating. Halting an object’s life-cycle can be regarded as a method of healing no different from the preservation of the body.

    The castings produced in Poissy's prison elucidate the physiological consequences of detention. Their tools echo the daily survival techniques employed by each inmate. Detention knives designed to offer no advantage in violent activity and issued to incoming inmates by the correctional facility have been transformed over the years into vegetables peelers and screwdrivers. In parallel, some inmates have developed therapeutic tools made of fabrics, ropes and iron wires that undergo a new iteration every day.




Mark