collaborative art

︎ WFTB#1_Visual installation




︎ [English below]



© Marc Domage et Julie Ramage
Visual installation, collodion photographic wet plates, ERD sound modular, variable dimensions : collaborative work created with archaeologist Olivier Royer-Perez


    Waiting for the Barbarians interroge les enjeux de l'urbanisation des zones périurbaines, et le rôle qu'y joue l'archéologie. L'installation documente l'extension des villes de Fleury et de Bondoufle, à travers la construction d'un quartier résidentiel et le prolongement d'une Zone Agricole et Commerciale.

  Julie Ramage choisit de photographier le terrain juste après la fouille préventive, qui vise à détecter, avant le début des constructions, d'éventuels éléments importants pour la recherche archéologique. Le processus photographique, le collodion humide, date de 1851. Il a été conçu à partir d'une chimie utilisée dans le domaine médical, pour faciliter la cicatrisation des plaies. Son utilisation permet de faire écho aux blessures du sol et aux tensions liées à sa fouille, puis à son aménagement. L'enquête menée par Julie Ramage pour Waiting for the Barbarians croise le point de vue des archéologues, des aménageurs, des habitants et des différents usagers du lieu, et en retranscrit les imaginaires croisés : errance, traditions rurales, souvenirs de la guerre, cristallisations identitaires face à l'investissement des logements sociaux, fantasme de la banlieue effrayante à venir. 

     Suite à la première présentation du projet au CENTQUATRE-Paris en 2016, le Centre Pompidou a commandé une version alternative : en a résulté la production d’un format performé intégrant les archives collectées au cours de l’enquête, une série d’applications pour Iphone et une vidéo 3D du site.





︎ [English version] ︎
   
    Waiting for the Barbarians investigates the urbanization of Paris' suburbs and the role that archaeology plays in the issue. It documents events in the growing cities of Fleury and Bondou

fle as authorities planned the construction of public housing complexes and the expansion of the agricultural trade area.

    Julie Ramage photographed the site following an excavation aiming to identify important artefacts prior to the construction. She employed the wet plate collodion technique, developed in 1851 from chemicals used by physicians to treat wounds. The utilization of this technique alludes to the fractures in the soil and the social chasm triggered by the construction. Julie Ramage investigated the site alongside archaeologists, developers and inhabitants. From the documents she collected and her conversations, she discovered fears of the unknown others and the loss of rural identity in the face of the encroaching inner city.

    Following the exhibition of the project in CENT-QUATRE Paris in 2016, the Centre Pompidou ordered an alternative version : Julie Ramage thus proposed a performance including those collected archives, Iphone applications and a 3D video made on site.







 

Mark