collaborative art

︎ Waiting for the Barbarians





Visual and sound installation, 10 collodion wet plates, ERD modular, variable lenght and dimensions : a project created with Alex Augier, Martin Howse, Olivier Royer-Perez, Christophe Ramage and Fleury/Bondoufle archaeologists, developers and inhabitants


    Waiting for the Barbarians interroge les enjeux de l'urbanisation des zones périurbaines, et le rôle qu'y joue l'archéologie. L'installation documente l'extension des villes de Fleury et de Bondoufle, à travers la construction d'un quartier résidentiel et le prolongement d'une Zone Agricole et Commerciale.

  Julie Ramage choisit de photographier le terrain juste après la fouille préventive, qui vise à détecter, avant le début des constructions, d'éventuels éléments importants pour la recherche archéologique. Le processus photographique, le collodion humide, date de 1851. Il a été conçu à partir d'une chimie utilisée dans le domaine médical, pour faciliter la cicatrisation des plaies. Son utilisation permet de faire écho aux blessures du sol et aux tensions liées à sa fouille, puis à son aménagement. L'enquête menée par Julie Ramage pour Waiting for the Barbarians croise le point de vue des archéologues, des aménageurs, des habitants et des différents usagers du lieu, et en retranscrit les imaginaires croisés : errance, traditions rurales, souvenirs de la guerre, cristallisations identitaires face à l'investissement des logements sociaux, fantasme de la banlieue effrayante à venir. 


© Marc Domage et Christophe Ramage

︎ Cliquer pour télécharger un extrait



    L'environnement sonore du projet a été élaboré en étroite collaboration avec Olivier Royer-Perez, chargé des opérations d'archéologie préventive, à partir des rapports qu'il a rédigés lors du diagnostic du terrain. Ces rapports, non publiés, constituent une base pour la décision de l'Etat de laisser l'aménageur construire ou non sur la zone concernée ; hors du processus administratif, ils restent invisibles, constituant ce que l'on surnomme la littérature grise.
    La voix de l'archéologue passe en revue, jusqu'à l'épuisement, les inventaires des objets prélevés sur le terrain et des gestes effectués lors de la fouille. Elle vient se perdre dans un environnement musical immersif conçu par Alex Augier. Le dispositif ERD central, mis au point par Martin Howse, permet d'utiliser la terre extraite des sites archéologiques pour transformer le son. 


 

Mark